Au premier éclat

Free texts and images.
Jump to: navigation, search
L’Amour la poésiePaul Éluard

Défense de savoir II
II. Au premier éclat
Au premier éclat



Au premier éclat, tes mains ont compris
— Elles étaient un rideau de phosphore —
Elles ont compris la mimique étoilée
De l’amour et sa splendeur nocturne,
Gorge d’ombre où les yeux du silence
S’ouvrent et se donnent en mille feux.

[III]

Vivante à n’en plus finir
Ou morte, incarnation de la mémoire,
De ton existence sans moi.
Je me suis brisé sur les rochers de mon corps
Avec un enfant que j’étranglais
Et ses lêvres devenaient froides
En rêve.
D’autres ont les yeux cernés,
Gelés, impurs et pourrissants
Dans un miroir indifférent
Qui prend les morts pour habituels.

[IV]

Les espoirs, les désespoirs sont effacés,
Les règnes abolis, les tourments, les tourmentes
Se coiffent de mépris,
Les astres sont dans l’eau, la beauté n’a plus d’ombres,
Tous les yeux se font face et des regards égaux
Partagent la merveille d’être en dehors du temps.


SemiPD-icon.png Works by this author are in the public domain in countries where the copyright term is the author's life plus 64 years or less. cs | de | en | eo | es | fr | he | pl | ru | zh
  ▲ top