Aventures au Matto Grosso/Note de l’éditeur

Free texts and images.
Jump to: navigation, search
Aventures au Matto Grosso
Note de l’éditeur
written by Raymond Maufrais
Prologue


[ 7 ]
NOTE DE L’ÉDITEUR


Un jeune garçon sympathique vint un jour nous voir. Il s’appelait Raymond Maufrais. Il expliqua qu’il revenait du Brésil où il avait débuté dans la carrière d’explorateur en suivant, en qualité « d’observateur étranger », une mission du Service de Protection aux Indiens. Cette première exploration, encore modeste, puisqu’il s’agissait de territoires interdits mais déjà relativement connus et d’une mission de pacification, avait été pour lui une précieuse expérience avant de se lancer dans des régions plus ignorées. Il allait repartir prochainement pour effectuer un reportage en Guyane, et voulait savoir si nous nous intéresserions au livre qu’il en rapporterait.

Raymond Maufrais avait alors vingt-trois ans, et sa biographie était déjà assez remplie. Comme beaucoup de courageux garçons de son âge, il avait activement participé à la libération de son pays. Dès l’âge de seize ans, il avait essayé de gagner Londres. Mais après un passage clandestin de la ligne de démarcation (il venait de Toulon), il eut un accident au moment d’embarquer sur un bateau de pêche, près de Dieppe. Recueilli par le maire du village, puis par les sœurs d’un couvent voisin, il avait été caché, soigné, mais avait dû, rentrer à Toulon. Tout en poursuivant ses études, il était devenu agent de renseignements pour la Résistance. Après avoir passé son Brevet Supérieur, il voulut préparer son bachot. Mais l’époque n’était guère favorable aux études : son collège fut évacué en Périgord et après avoir échoué à la première partie de l’examen, il préféra le maquis à la stagnation scolaire. Après le débarquement, il regagna Toulon, participa avec éclat à la libération de la ville et reçut la Croix de Guerre à dix-sept ans et demi.

Mais il voulait faire plus encore : s’engager. Ses parents refusèrent leur consentement et il vint à Paris pour tenter sa [ 8 ]chance dans le métier de ses rêves : le journalisme. Son premier « papier », paru dans Gavroche, racontait le Sabordage de la Flotte, à Toulon. Après avoir été correspondant de guerre dans la poche de Royan, il obtint enfin l’autorisation d’engagement souhaitée, et fut parachutiste dans la Marine. Vinrent la capitulation de l’Allemagne, puis la démobilisation, et en juillet 1946, il partit pour le Brésil où il entra à l’Agence France-Presse. C’est alors qu’il suivit la mission brésilienne chargée de tenter une pacification d’une tribu d’Indiens Chavantes, surnommés « les Tueurs du Matto Grosso », expédition qui d’ailleurs échoua. En 1948, il rentra en France pour y chercher des appuis en vue d’une nouvelle expédition et réussit bientôt à repartir avec l’aide de la revue Sciences et Voyages. En 1950, les journaux ont annoncé que Raymond Maufrais était porté disparu. On a retrouvé dans la jungle guyanaise les traces de son dernier camp, mais rien qui puisse dire ce qu’il était lui-même devenu. Est-il captif des Indiens, en a-t-il été la victime, reverrons-nous un jour ce courageux garçon qui nous avait si gentiment rendu visite ?

Raymond Maufrais avait laissé derrière lui le manuscrit du récit de son expédition au Matto Grosso, où il conte avec toute la fougue de sa jeunesse, les aventures, souvent angoissantes et tragiques, parfois comiques, qu’il a vécues dans les territoires interdits du Brésil. Il avait rapporté des photographies qui illustrent souvent tel ou tel épisode précis de son aventure.

Vécues à vingt ans, écrites à vingt-deux, ces pages révèlent un reporter-né. Certes, il lui manquait encore la formation scientifique de l’ethnologue, il n’avait peut-être pas l’habitude du contrôle rigoureux des observations ; il ignorait sans doute les admirables travaux des savants qui l’avaient précédé dans ce champ d’exploration, mais il faisait déjà preuve d’un don d’observation et de description qui lui permettait tous les espoirs. C’est ce que prouvera l’émouvant récit qu’on va lire.