Chant du dernier délai

Free texts and images.
Jump to: navigation, search

Poèmes politiquesPaul Éluard

Chant du dernier délai
dans De l’horizon d’un homme à l’horizon de tous
Chant du dernier délai



Noir c’est mon nom quand je m’éveille
Noir le singe qui me tracasse
Qui grimace moule à manies
Devant le miroir de ma nuit
Noir c’est mon poids de déraison
C’est ma moitié froide pourrie

Noir où la flèche s’est plantée
Où le tison a prospéré
Noir le gentil corps foudroyé
Noir le cœur pur de mon amour
Noire la rage aux cheveux blancs
À la bouche basse et baveuse

Cette envie folle de hurler
Ne cessera qu’avec ma voix
Que sur les charmes de ma tombe
Où viendront pleurer mes complices
Tous ceux qui m’approuvaient d’aimer
Et qui voudraient fêter mon deuil

J’étais construit les mains ensemble
Doublé de deux mains dans les miennes
J’étais construit avec deux yeux
Qui se chargeaient des miens pour voir
Mais aujourd’hui je sens mes os
Se fendre sous le froid parfait

Je sens le monde disparaître
Rien ne demeure de nos rires
Ni de nos nuits ni de nos rêves
Et la rosée est charbonneuse
J’ai trop pleuré la coque est vide
Où ne nous pouvions qu’être deux

Écartez-vous de ma douleur
Elle vient droit de la poussière
Elle nie tous les sacrifices
La mort n’est jamais vertueuse
Écartez-vous si vous avez
Envie de vivre sans mourir

Sous vos paupières desséchées
Et dans la boue de vos désirs
Noir un zéro s’arrondirait
Zéro petit et très immense
Qui est capable de gagner
La souveraine part de l’homme

Noir c’est moi seul soyez plus clairs.

Il alla, une fois, jusqu’à souhaiter à ceux qui l’aimaient de subir à leur tour son chagrin. Il se vengea d’exister. Et il fut presque heureux de tant se haïr.

Il brûlait et ses cendres le gardaient du vertige. la nuit lui fut un faux-semblant de mort. Il s’y coucha, s’y caressa, s’y pervertit.

Ceux qui l’aimaient liaient leur chevelure, non leur esprit, à sa folie. Mais il pesa leur bouche en baisers de tête, leur opposa un vase creux, une tendresse naine, une générosité sans bornes, une promesse de suicide. Et sa force se corrompit.

Que vouliez-vous qu’il fît, puisque le plus solide des liens qui le rattachaient à la lvie s’étaient rompu ?

SemiPD-icon.png Works by this author are in the public domain in countries where the copyright term is the author's life plus 64 years or less. cs | de | en | eo | es | fr | he | pl | ru | zh
  ▲ top